APPAREIL



J'analyse je décortique et je conçois

je suis devenu un appareil à fonctionner sans problème qui paye ses chèques. J'ai adopte sans choix l'appareil bureaucratique de la banque, de l'état, du système machiavélique de la bureautique.

Mes mains son adaptées au clavier, mon cerveau est refaçonne par la logique séquentielle implacable du système binaire.

Je pitonne à tout casser la géométrie spatiale, mon inconscient est dans le tube cathodique je suis déracine, sans vie, sans flammes, froid comme le silicone.

J'ai des formules plein la tête et le coeur contrit.

La déprime me poigne avec le mal de dos.

Aussi, assis ainsi, avec les fesses qui aplatissent pis la bedaine qui baloune, on se demande.

Puis, dans mon bain, la flamme se rallume, je me consume tranquille

plein de silences bons, les yeux ouverts par dedans.

Benoît Leroux, 1994