DISCOUR 36




Mes chers amis,


si j'ai appris une chose, de vivre jusqu'à aujourd'hui, c'est qu'on ne sait jamais ce qui nous arrivera. On doit donc maintenir un regard inconnu sur notre avenir à accepter d'emblée ce qui ce présente à soi.

Toutes ces attentes déçues de qui s'attend à quoi, sont autant de pièges pour le malheureux. L'heureux ce contente ce de qu'il a et ne se scandalise pas de ce qui survient. Il le considère nouveau et c'est objet d'émerveillement, c'est l'occasion de connaître un peu plus le monde.

D'autre part, il ne faut pas hésiter à donner à la vie ce qu'elle attend de nous. Les obstacles que l'on créer par notre résistance nous échauffent jusqu'à la brûlure, tant qu'on ne cède pas.

A 36 ans, quel bel âge, je me sens encore un enfant, qui rêve encore et toujours d'amour, de sagesse, de gloire et de richesse.


Benoît Leroux, 1993