ÉMOTIONS

L'effet destructif du désespoir

est dû à une concentration importante

d'émotion triste.

Cet effet agit en polarisant

une entité émotionnelle (individu)

négativement face aux autres.

Ici, les autres sont définis

comme à la partie extérieure,

la périphérie de l'entité émotionnelle.

L'acidité du désespoir est

égale à moins le logarithme

de la concentration d'émotion triste.

La basicité de l'espoir est défini

de la même façon, elle est égale

à moins le logarithme de la concentration

d'émotion gaie.

Il y a une dynamique d'équilibre

entre les émotions gaies et tristes.

Elle se neutralisent l'une l'autre.

On entend ainsi la notion de milieu

en équilibre émotionnel.

Le point le plus difficile à

résoudre dans ce monde de la psyché,

est la quantification.

Cette dynamique des émotions

est contenu dans le vase informel

du monde intérieur. Les dimensions

du vase changent dans le temps mais il

n'est pas injuste d'affirmer qu'elles

oscillent autour des dimensions du corps

humain qui les portent.

L'autre paramètre important est le temps.

Une émotion commence, culmine puis s'éteint,

ou se transforme en une autre. Elle est aussi

directement associée à l'activité du corps.

Benoît Leroux, 1991