LETTRE À MOI MÊME

Ne te laisses pas défaire ta vie par un autre ni pour un autre, tu ne lui rend pas service. Ne pense pas faire souffrir ton ami en te servant à boire, ne pense pas torturer ceux qui t'aime en te resoursant d'amour. Ne craint pas l'avenir. Va, avance, suit ton coeur. Passoinne toi pour ce qui te semble bon.

Tu souffre d'éviter ton imagination. Donne libre cour à ton ame, laisse tes lèvres s'épanchées sur celles qui les désire. Laisse couler tes mots. Tu les endigues depuis trop longtemps.

L'inspiration te guide vers des yeux inconnus, ils deviennnent ton regard, tu les laisserais occuper tes images comme la mer recoit les vents et le soleil. Pars, pars loin tout de suite. Le poids retenu s'accumule et bientôt tu ne pourra plus t'en défaire. On ne doit pas supporter ce qui est contre nature.

Elle t'aime déjà et tu la fuis. L'autre ne t'aime plus et tu la conserve. Tu as peur de toi même. Tu as peur de te connaître.


Benoît Leroux, 1994