TIPI


Méditant à l'ombre du temps,

à l'ombre de l'ombre,

à l'ombre du vent,

l'homme grimasse

aux lumières électriques.

Je conçois l'insondable.

Six directions s'assemblent

en un point,

prenant ma place,

moi la leur.

Au ciel,

des tétraèdres vrombissent,

inscrivent de courbes,

les éveils s'endorment,

les sommeils s'éveillent.

C'est peu dire que le monde

se retourne sur lui-même.

L'engoulevent le confirme.

Je ne suis qu'invisible,

je reste aveugle aux habitudes.

Si le vent touche une chose,

c'est pour la prendre au complet.

Benoît Leroux, 1991